jeudi 4 décembre 2014

Santé, les terribles dangers qui nous menacent :-)

C’est effarant. Pas un jour ne se passe sans que je découvre de nouveaux risques pour la santé auxquels m’expose la société moderne. La semaine dernière j’apprenais, médusé, que lors des pics de pollution à Paris je me trouvais dans la situation d’une personne enfermée dans une pièce avec une armada de fumeurs ! Je veux bien qu’un chercheur digne de foi de l’UPMC ait publié un papier où il dit, de façon (beaucoup) plus nuancée que moi, que cette étude est totalement pipeau et ne reflète en rien la réalité de la pollution à Paris (voir  l'article ), le mal est fait.

J’avais été rasséréné en apprenant que, enfin, nos édiles avaient pris les mesures qui s’imposent : interdire les feux de cheminée à Paris. Ouf ! Il était temps. Les feux de cheminée sont MORTELS, on le sait. La preuve, tous les parisiens nées en 1900 et qui ont donc passé leur vie à se chauffer au bois, tous sans exception sont morts ! Et il a fallu attendre 2014 pour se décider à prendre le problème au sérieux.

Ce répit aura été de courte durée. Voici que je découvre ce matin coup sur coup deux nouvelles angoissantes en lisant Le Figaro. Primo : une étude américaine révèle « qu'un aller-retour dans l'espace présenterait des risques pour les personnes souffrant de certaines pathologies ». Et moi qui, comme tout le monde, m’apprêtait à prendre un billet chez Virgin Galactic… Je l’ai échappé belle !

Mais il y a pire. Bien sûr, je me méfiais déjà du téléphone portable et des risques majeurs que je cours à cause des ondes électromagnétiques : cancer du cerveau ! Ça craint. Et voilà que j’apprends ce matin que même l’envoi de SMS présente un terrible danger : le syndrome du "text-neck " ! Vous ne savez pas ce que c’est ? Il faut absolument que je vous en avertisse : l’usage intensif du SMS « entraînerait l’apparition de rides au niveau du cou » rapporte le Figaro. Le journal a beau préciser qu’il ne faut pas paniquer – facile à dire ! – pour moi, finis les SMS. Et je vous incite à en faire autant. Imaginez un monde avec des milliards d’individus au cou ridé… Insoutenable.

Quand je pense que si je n’avais été averti à temps, j’aurai pu envoyer des SMS au coin du feu ou, plus grave, au cours d’un voyage spatial, je mesure rétrospectivement l’ampleur des  risques insidieux auxquels nous exposés ce monde industrialisé. Et moi qui prône la réindustrialisation sur ce blog. Quelle inconscience !  Décidément le XXIè siècle est bien celui de tous les dangers. Il faut absolument faire quelque chose. Je vous le dis, si nous continuons sur cette voie nous allons tous finir par mourir. Saleté de progrès. Arrêtez tout !

jeudi 13 novembre 2014

Bienvenue au peak des inflated expectations !

Big data, machine learning, robotique... On est
aujourd'hui au sommet du pic du Gartner Group
Ah ! Je viens de lire dans Business Week un article qui me réjouit.  Il dit en substance que Watson, l’ordinateur super intelligent d’IBM,  ne donne que de très piètres résultats dans son utilisation en entreprise, notamment pour le diagnostic des cancers  au M.D. Anderson Cancer Center. Ça tombe à pic. Je m’apprêtais justement à écrire un papier sur l’hyper inflation de promesses dont on investit aujourd’hui le numérique et l'article apporte de l’eau à mon moulin. Cool.

Il ne vous a pas échappé que tout le monde, le gouvernement et son père est désormais convaincu du formidable impact que va avoir le numérique sur la société et les entreprises. Et, comme on dit, je m’en félicite. Pour faire face aux révolutions qui s’annoncent, il ne faut surtout pas sous-estimer le pouvoir de transformation des technologies telles que le Big data, le machine learning, le développement des mobiles, l’Internet des Objets etc.

Bien. Mais ce n’est pas la peine non plus d’en faire trop. Et je trouve qu’aujourd’hui on pousse vraiment le bouchon un peu loin. Ce « on » est illustré en particulier par la thèse soutenue par Erik Brynjolfsson et Andrew McAffee  (B&M) dans leur livre « Race against the machine ». Thèse qui est en train de devenir un dogme et qu’il n’est toutefois pas interdit de remettre en question.

La thèse c’est :
Primo : Les progrès de la technologie informatique qui s’annoncent vont être considérablement plus rapides que tous ceux auxquels on a assisté jusque là.
Secundo : On est ainsi à l’aube devoir des machines et des robots hyper intelligents qui vont remplacer l’homme dans des tâches intellectuelles jugées jusque-là non automatisables.
Tertio : pour un temps au moins l’impact sur l’emploi va être dramatique.

En se basant sur de telles hypothèses une étude très récente du cabinet Roland Berger ainsi qu’un travail académique de 2013 de deux chercheurs de l’Université d’Oxford arrivent à des conclusions similairement alarmantes.  Pour l’étude britannique « 47% des emplois américains connaissent un très grand risque d’être automatisés à terme. » Roland Berger indique pour sa part qu’ « en France, 42% des métiers présentent une probabilité d’automatisation forte du fait de la numérisation de l’économie. » Et ajoute que « 3 millions d’emplois pourraient être détruits par la numérisation à l’horizon de 2025. »

Eh bien je vous l’avoue, je ne suis pas convaincu par les arguments de B&M. Le grand problème de leur thèse que j’ai relue attentivement tient à ce qu’elle est fondée sur des assertions finalement peu convaincantes. Ils expliquent en effet que deux faits leur ont ouvert les yeux sur les merveilles technologiques à venir. La découverte des performances de la Google Car et de celles de Watson, l’ordinateur d’IBM. Deux « mauvais » exemples selon moi.

Ainsi, pour la Google Car B&M racontent qu’ils ont été estomaqués parce que, en 2006,  la meilleure des voitures autonomes participant à une course dans le désert était incapable de parcourir plus de 8 miles sans se trouver bloquée. Et que quatre ans plus tard 2010, miracle !, les progrès technologiques étaient tels que la Google Car avait parcouru des milliers de de kilomètres sur les routes de Californie sans accident. Mauvais exemple : traverser un désert rempli de pièges et rouler sur des routes parfaitement balisées n’a absolument rien à voir. Rien ne dit que dans les conditions de la course dans le désert, cette voiture ferait beaucoup mieux que les autres… Cela ne démontre donc pas grand chose, si ce n’est que Google sait bien communiquer et que, oui, on sait réaliser quelques belles choses avec la technologie. Mais d'ici à ce que les voitures soient 100% autonomes...

Idem pour Watson. Il a gagné au jeu Jeopardy. C’est très fort. Vive le machine learning ! IBM communique aujourd’hui comme un fou sur l’application où il diagnostique des cancers. En déduire que les ordinateurs deviennent si intelligents que les médecins seront caducs et que de très nombreuses tâches intellectuelles vont être remplacées par l’ordinateur, est pour le moins prématuré. Le papier de Business Week vient à point confirmer qu’en matière d’intelligence artificielle, il y a loin de la coupe aux lèvres.  Watson n’est pas encore Holmes…

Bref, l’exagération technologique est à son comble. Songez-y. J’étais l’autre jour à San Francisco à une manifestation organisée par Tibco. Son pdg, Vivek Ranadivé n’hésitait pas à prédire que dans 15 ans toutes les maladies auront disparu grâce au Big Data ! Nous voilà bel et bien au sommet du  « peak of inflated expectations » de la fameuse courbe du Gartner Group qui décrit le « hype cycle » des technologies.

Ne me faites pas dire que le numérique n’est pas révolutionnaire et que la "transformation numérique" n'est pas un enjeu. Je suis bel et bien convaincu que des progrès phénoménaux sont à venir et je ne doute pas non plus que des emplois soient menacés. Je ne crois simplement pas que tout se fera ni aussi vite, ni aussi largement que B&M le prédisent. Je ne crois pas non plus qu’il sera si facile de tout automatiser, même avec des machines très intelligentes Et, surtout, je suis prêt à parier que, comme souvent, les avancées les plus significatives auront probablement lieu précisément là où on ne les attend pas ! C’est le propre de l’innovation.

J’arrête là pour aujourd’hui. Je reviendrai sur le sujet rapidement pour vous dire sur quoi se fonde mon opinion. D'ici là, n'hésitez pas à me donner la votre !


A lire
L’article de Business Week : IBM's Artificial Intelligence Problem, or Why Watson Can't Get a Job 

L’étude Roland Berger Les classes moyennes face à la transformation digitale - Comment anticiper ? Comment accompagner ?

L’étude de Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne  the future of employment : how susceptible are jobs to Computerisation ?

lundi 13 octobre 2014

La vérité sur Amazon

Le magasin, chaînon manquant d'Amazon ?
.Bon sang, mais c’est bien sûr ! Cela m’a frappé comme une évidence. Mais oui, finalement, si on regarde bien, Amazon n’est au fond qu’une entreprise de vente à distance. Comme le fut La Redoute ! Il y a des différences dans l’exécution, mais rien de neuf sur le modèle. On choisit sur catalogue, on commande, on est livré.

Pourquoi m’épater de cette découverte ? Parce que cela jette une autre lumière sur le géant du Web et l’e-commerce. C’est la récente annonce de l’ouverture par Amazon d’une boutique réelle à Manhattan qui m’a ouvert les yeux. Entreprise de vente à distance, Amazon souffre en effet des limitations inhérentes à ce type de commerce. A savoir :

- On ne peut pas voir, toucher, essayer les objets pour les choisir
- On ne peut en disposer immédiatement après l’achat (sauf pour tout ce qui est numérisable, ce qui dans ce cas est une vraie différence)
- Ces objets ne sont accessibles que via une livraison à domicile (ou dans un point relais).

Les récents mouvements d’Amazon traduisent son embarras face à ces limitations.

D’abord Amazon communique abondamment sur une éventuelle livraison par drones. On sent chez lui la conscience de la nécessité d’améliorer le processus de livraison qui reste souvent un handicap

Ensuite, cette annonce de l’ouverture d’une boutique. Dans ce cas, c’est une réponse directe à l’évolution des commerçants traditionnels qui, sans qu’on y ait pris garde ont pris une longueur d’avance sur les e-commerçants. Les grands distributeurs ont, ou sont en train de mettre en place un mode de vente dit « omni canal » et réorganisent toute leur supply chain et leur gestion de stock dans ce but.

En bref, le client passe commande de son produit où il le souhaite. Dans un magasin, sur le Web, via un mobile… Il est ensuite libre de choisir le mode de livraison : il le prend dans un magasin (mode « click and collect » si on l’a commandé par Internet) ; il le récupère dans un « drive ». Il choisit de se le faire livrer, chez lui, ou en point relais. Il a tous les choix possibles et, dans l’idéal, il peut basculer d’un mode à l’autre après même avoir passé commande.

Autrement dit, les vendeurs traditionnels offrent désormais le meilleur des deux mondes. Vous pouvez vous promener dans le magasin si vous aimez ça, voir les produits, parler à un vendeur. Ou faire tout sur le net. On mêler les deux à votre convenance.

Amazon reste, lui, un pur  vendeur à distance. D’où sa réaction. D’où aussi cette révision profonde de l’idée que l’e-commerce va tout dévorer et que les magasins sont de l’histoire ancienne. A vrai dire, si l’expérience client en magasin était superflue, pourquoi les vendeurs à distance d’antan, les Redoute et autres Trois Suisses, n’ont-ils pas raflé tout le commerce à leur grande époque ? Pourquoi les e-commerçants « pure players » le feraient-ils aujourd’hui

Conclusion : l’expérience d’Amazon avec sa boutique va être vraiment intéressante à suivre.  Verra-t-on des boutiques Amazon fleurir dans toutes les villes ? 

Cela dit, si je ne me rends compte qu’aujourd’hui de cette problématique, il y a un autre exemple qui aurait dû m’alerter depuis longtemps. Vous avez deviné lequel ? Les Apple Stores, bien sûr ! Ils sont arrivés alors que la vente en boutique de PC semblait de l’histoire ancienne. Quel malin ce Steve Jobs, quand même.

mardi 30 septembre 2014

Robots, vos papiers !

Arrêtes, ou tu finiras en prison, robot!
Faut-il des lois spécifiques pour les robots ? Cette question au goût asimovien n’est pas une lubie. Le développement attendu des robots et autres produits « robotisés » - la voiture sans chauffeur, les drones, par exemple - amène à se poser très sérieusement la question.

L’UE a déjà commencé à le faire. Robolaw un projet de recherche qui vient de s’achever a ainsi étudié si l’état actuel de la législation est adapté à l’émergence et la prolifération attendue de robots et s’est interrogé sur les problèmes éthiques posés par ces nouveaux venus.

Aujourd’hui c’est le tour des américains de s’y coller. C’est un article publié par Brookings qui veut lancer le débat. Ryan Calo de l’University of Washington School of Law, pose la question : « Faut-il créer aux Etats-Unis une Commission Fédérale de la Robotique ? »

Ryan Calo fait valoir que chaque nouvelle technologie (le rail, la radio, les télécoms…) a vu se créer un agence fédérale pour mettre au point des législations ad hoc. Et il juge que la robotique est bien susceptible de poser de nouveaux problèmes légaux. Typiquement : qui sera responsable si une voiture sans chauffeur créé un accident, blesse ou tue ? Le chauffeur ? Il n’y en a pas. Ce sera le constructeur ?  Celui qui a écrit le logiciel ? Le propriétaire ?

Une myriade de questions se posera à mesure que les « robots » apparaîtront. Et vu les risques physiques encourus, il sera plus difficile de mettre le problème sous le tapis, comme on l’a fait avec le logiciel. On sait que quelque erreur que fasse votre logiciel et quelles qu’en soient les conséquences, celui qui l’a écrit ne peut être tenu pour responsable… Pratique !

Certes, on a le temps de voir avant que les voitures autonomes ne bouchonnent sur les autoroutes. Mais plus près de nous, la question se pose déjà avec l’arrivée de robots industriels « collaboratifs ». On veut les voir travailler au contact de l’homme. Que se passera-t-il si quelqu'un est blessé par un robot devenu "fou"? Qui sera responsable ? La question ne se posait pas jusque-là : la loi impose actuellement que les robots industriels soient enfermés dans des cages afin de protéger les ouvriers.

Dans son argumentaire en faveur d’une Commission fédérale, Ryan Calo fait valoir que le problème est complexe et que pour légiférer à bon escient il est nécessaire de réunir, au-delà des spécialistes du droit, des ingénieurs en informatique et des spécialistes des interfaces homme-machine afin de bien prendre en compte tous les aspects de la problématique.

Pour appuyer sa thèse Calo cite l’erreur commise par l’Etat du Nevada. Il avait légiféré en 2011 à propos des voitures sans chauffeur. La loi définissait un véhicule autonome en se référant à « tout remplacement de  l’opérateur humain par de l’intelligence artificielle ». Du coup, de nombreux véhicules « normaux », comme ceux dotés de systèmes anticollision ou d’ABS tombaient sur le coup de cette loi restrictive. Elle a été retirée. Caramba ! Encore raté.

A lire
L’article de Ryan Calo 

mardi 2 septembre 2014

Quel est (vraiment) l’impact de l’automatisation sur l’emploi ?

Je vous le dis : "l'automatisation tue l'emploi"
Une idée fait son chemin : les progrès fulgurants de l’informatique s’apprêtent à rendre les ordinateurs si intelligents qu’une myriade d’activités intellectuelles va désormais pouvoir être automatisée. Conséquence : un chômage de masse et, peut-être même… la fin du travail ! Bref, c’est le come-back d’un vieux serpent de mer : l’automatisation tue l’emploi.

Andrew Mac Afee et Eric Brynjolfsson en particulier ont participé à  populariser ce point de vue avec leurs livres Race against the machine puis The Second Machine Age.

Est-ce si simple ? David H. Autor, directeur adjoint du département économie du MIT ne le pense pas et le démontre brillamment dans un récent et pertinent article. Il relativise fortement la portée de la thèse de Mac Afee-Brynjolfsson et jette un regard très différent sur l’impact de l’automatisation sur les emplois.  

Autor s’appuie sur deux puissantes idée. La première, exprimée par  penseur hongrois Michael Polanyi en 1966, tient au constat  que « nous connaissons plus que nous ne pouvons dire ». Autrement dit que nous possédons une  « connaissance tacite » accessible à n’importe qui et qui ne peut être codifiée ni formalisée. Nous marchons, nous reconnaissons des objets, des gens, nous avons du « bon sens » et savons faire nombre de choses sans que cette connaissance ne soit le moins du monde formalisée. Et comme elle ne peut être ni formalisée, ni codifiée ces actes très banals sont quasi impossible à programmer et donc à automatiser. 

Vous me direz que c’est précisément le but du « machine learning ». Cette technique vise à donner une capacité d’apprentissage aux ordinateurs pour leur permettre de traiter ce qui n’est pas réductible à un algorithme. Mais, ici, Autor diffère complètement des auteurs de Race Against The Machine. Il se range dans le camp de ceux qui pensent que cette technologie ne parviendra pas à des progrès très significatifs. Pas assez significatifs en tout cas pour rivaliser avec la « connaissance tacite » du premier venu.

Qui a raison, qui a tort ? Personnellement je suis du côté d’Autor, mais tout cela n’est qu’une question de point de vue philosophique…

Il y a beaucoup plus dans le papier d’Autor. Il met en lumière un aspect de l’automatisation au sens large - automatisation par des machines aussi bien qu’informatisation – qui échappe le plus souvent aux penseurs et aux commentateurs. Cela le conduit à expliquer le phénomène que l’on constate actuellement en matière d’emploi : la croissance simultanée des postes à haut salaires et haute qualification et de ceux à bas salaires et faible qualification au détriment des autres.

En général explique Autor, on pense l’automatisation comme substitution au travail humain. On oublie son aspect le plus important : elle est aussi complémentaire à ce travail. Dans ce cas, la machine ou l’ordinateur épaule l’individu et lui permet d’en faire plus, ou mieux, ou plus vite. Elle ne supprime pas les emplois, elle les dope ! « De tout temps, les penseurs surestiment la capacité de remplacement de l’homme par les machines et sous estiment leur formidable capacité à enrichir son travail » affirme Autor.

Fort de ces idées, il analyse le marché du travail. Il constate que d’un côté se trouvent des gens très qualifiés et très bien payés dont l’activité, complexe, créative et qui réclame des connaissances pointues ne peut être automatisée. Non seulement ils ne sont pas menacés par les machines mais ils profitent à plein de leur complémentarité pour booster leur efficacité. Il n’est donc  guère étonnant de voir que ces emplois croissent.

Plus étonnante est la croissance des emplois peu payés et peu qualifiés. Sauf à l’analyser au prisme d’Autor. Ces emplois sont en croissance car ils sont basés sur la « connaissance tacite », donc pas automatisables. La machine ne les menace donc pas. Mais, elle ne les épaule pas non plus. Cela, joint à l’abondance de main d’œuvre, explique la croissance de ce type d’emploi mais aussi la baisse des leurs salaires.

Reste, entre le deux, les emplois qui disparaissent : les nombreuses tâches intermédiaires de routine, répétitives qui, elles, se prêtent bien à l’automatisation du premier type : le remplacement pur et simple du travailleur par la machine. CQFD. Autor, toutefois, n’est pas persuadé de la fin, à terme de ces jobs intermédiaires. Il pense que nombre d’entre eux perdureront à condition de mêler une part de tâches routinières avec un ensemble de tâche plus évoluées pour lesquelles l’individu possède un avantage comparatif – interactions personnelles, flexibilité, adaptabilité, capacité à résoudre des problèmes…

Bref, Autor, s’il reconnaît que le marché du travail est aujourd’hui perturbé par l’automatisation, pense, qu'à terme elle finira par créer plus d’emploi qu’elle n’en aura détruit. Comme cela a toujours été le cas avec toutes les phases de la longue histoire de l’automatisation. Le serpent de mer a toujours fini par s’évanouir dans le bas-fonds.

A lire
 L’article de David Autor : " Polanyi’s Paradox and the Shape of Employment Growth"

mercredi 21 mai 2014

Le théorème d’Yvon Gattaz


Yvon Gattaz a encore frappé. Il est infatigable. Depuis plus de 50 ans il n’a de cesse de militer pour la création d’entreprise et le développement des ETI. Il récidive aujourd’hui avec un nouveau livre « Création d’entreprise – La double Révolution » qui, une fois de plus développe ses thèmes de prédilection. Le ton de l’ouvrage est vif, alerte et plein de l’humour que l’on connaît au fondateur de Radiall et de l’Asmep-ETI qui a le goût des aphorismes tranchants. Réjouissant.

Ce livre est d’abord destiné aux jeunes entrepreneurs ou à ceux qui pourraient l’être.  Yvon Gattaz le présente explicitement comme « un vade-mecum publié par un ancien pour les nouveaux ». Il abonde ainsi en conseils à destination des jeunes qui sont prêts à se lancer dans l’aventure de « la création d’entreprise à partir de zéro » ; et Yvon Gattaz sait s’imposer de saines limites : « les seniors ne peuvent et ne doivent pas juger les projets innovants de leurs filleuls, car ceux-ci ont une intuition cent fois supérieure à la leur » affirme-t-il. Il se garde bien de le faire.

Les « deux révolutions » du titre ce sont celles de la création d’entreprise et celle de la croissance. Yvon Gattaz constate avec bonheur que le premier défi est aujourd’hui gagné. Fini le temps où « nos entreprises étaient presque exclusivement  créées par des autodidactes de talent, dont c’était la seule voie réelle de promotion sociale. » Il se félicite que désormais, en France, les jeunes entrepreneurs sont légion et que la création d’entreprise n’est plus considérée comme une déchéance par les diplômés du supérieur, bien au contraire.

 Il s’en réjouit d’autant plus qu’il  est convaincu d’un fait important et jusque-là rarement mis en évidence. Il dit, en s’appuyant sur des enquêtes menées par l’Association Jeunesse et Entreprises dont il est président :   «  le taux de croissance d’une nouvelle entreprise est fonction du niveau d’instruction de son créateur » de même que ses chances de réussite à cinq ou 10 ans.  Ce qu’il baptise « théorème Yvon Gattaz » 

Reste que, selon l’auteur, la seconde révolution, celle de la croissance, reste à accomplir. A ce propos, il insiste sur la fait qu’ « il faut tout d’abord convaincre tous les Français de l’impérieuse nécessité de cette croissance, seule créatrice d’emplois réels, et de la non-résignation à la stagnation ou, pis, à la décroissance souhaitée par quelques nostalgiques des diligences. »

Ce livre est d’autant plus  recommandable qu’il se termine par le récit, par leurs auteurs, de 13 aventures industrielles, toutes aussi passionnantes les unes que les autres. Parmi elles, celle d’Altrad, d’Auchan, de la chaîne boulangeries Paul, de JCDecaux ou encore de Criteo ou de Ventes Privées. De formidables parcours d’entrepreneurs français qui méritent d’être découverts ou redécouverts.

mardi 11 mars 2014

La révolution robotique qu’on risque de rater…

Robot d'Universal Robots : l'équivalent
du microordinateur en robotique
L’essayer c’est l’adopter. Confiant dans cette formule, pour promouvoir l’usage de robots dans les PMI de mécanique, le Centre techniques des industries mécaniques (Cetim) lance un service extrêmement original : le robot en location. 

La location de robots est une grande première. Mais, fait plus significatif encore, ce service témoigne d’une évolution majeure de la robotique industrielle. La location n’est en effet devenue envisageable que grâce à une récente génération de robots extrêmement prometteuse (voir article sur ce site ) : ils  sont très peu coûteux et, surtout, extrêmement facile à mettre en œuvre et à programmer. Cette flexibilité leur permet ainsi d’être installés en un clin d’œil. Mieux, ils sont capables de travailler sans qu’il ne soit nécessaire de les enfermer dans une cage pour protéger l’utilisateur : ils sont « collaboratifs ».

On peut saluer ici la clairvoyance du Cetim : il a su saisir rapidement l’opportunité qu’offrent ces nouveaux robots qui, d’une certaine façon, sont à la robotique ce que le microordinateur a été à l’informatique : ils créent un réel changement de paradigme et ouvrent par leurs caractéristiques, un champ nouveau à la robotisation.

Dans le même temps on peut se demander si l’industrie française se montrera capable de profiter de l’occasion pour relancer la production de robots industriels. Le grand plan robotique français qui vient d’être lancé en fanfare n’incite en effet pas à un optimisme démesuré. Il semble jusque-là passer à côté de cette évolution en se focalisant essentiellement sur la robotique de service…

Pour en revenir au service du Cetim, le robot qu’il a retenu est celui de la start-up danoise Universal Robots. Elle fait un malheur avec ses produits peu sophistiqués (ils sont peu précis et ne manient pas de charges lourdes) mais d’un coût et d’une flexibilité défiant toute concurrence. Installation comprise, le robot qu’a acquis le Cetim revient à moins de 30 k€. 

Il en coûtera quelque 3000 euros par mois à la PMI souhaitant tester ce robot. La première application proposée concerne le chargement/déchargement de machine (de décolletage ou d’usinage) pour des petites et moyennes séries. Le Cetim estime qu’une durée de location de trois à quatre mois devrait permettre à l’entreprise de valider l’intérêt du robot pour sa production.

Massard Décolletage, une petite PMI de la région de Saint-Etienne, est l’entreprise qui va inaugurer ce service. Le Cetim indique que, au vu des résultats de cette première expérience, il élargira progressivement son parc de machines en location en fonction de la demande ainsi que les applications visées.

Le Cetim qui croit beaucoup dans l’usage des robots collaboratifs espère également faire évoluer à cette occasion la réglementation qui, en France, ne permet pas encore de faire travailler un robot sans aucune protection vis-à-vis de l’opérateur

vendredi 7 mars 2014

Le gros « couac » de la télé médecine à domicile

Tu es prévenu : Big Brother te surveille !
Voilà une intéressante affaire à verser au brûlant dossier « numérique et vie privée ». Le 22 octobre 2013 a été pondu un arrêté concernant la prise en charge de l’apnée du sommeil par la sécu et qui suspend le remboursement en cas de non observance du traitement.

Les patients atteints de cette affection utilisent des machines dites PPC (Pression positive continue) qui, pour éviter les pauses respiratoires, ventilent les apnéiques pendant leur sommeil. Comme, grâce au numérique et la télétransmission on est désormais capable de savoir exactement quand et pendant combien de temps le malade a effectivement utilisé sa machine, a germé dans la tête de petits malins du ministère de la Santé l'idée de profiter de cette fonctionnalité pour conditionner le remboursement au bon usage de la machine, afin de faire des économies.

Le décret en question indique que si la machine n’est pas utilisée pendant au moins 3 heures par jour pendant 20 jours par mois, vous pouvez faire votre deuil du remboursement.

Pour permettre la mise en oeuvre de ce décret, Air Liquide qui fournit les équipements s’est appuyé sur les compétences d’une start-up, Srett, pour doter les machines de PPC d’un dispositif numérique qui suit effectivement l’usage de l’appareil et transmet par voie radio les données à un serveur. 

Tout semblait donc bien parti pour la mise en place d’une « belle » application de télémédecine dans laquelle le numérique allait pouvoir mettre bon ordre dans les dépenses de la Sécu et cela pour le plus grand bien du patient qui ne pourrait plus , sous peine d’« amende », se dispenser de suivre la prescription à la lettre.

Heureusement, le 15 février dernier, le Conseil d’Etat a décidé de suspendre ce décret estimant qu’il existe un « doute sérieux » sur la compétence du ministère à mettre en place un tel mécanisme. Sage décision : depuis quand peut-on imposer - indirectement - à un malade de suivre le traitement qui lui est prescrit ? Et jusqu’où une telle pratique pourrait-elle aller ?

En tout cas, cette histoire montre à quel point les formidables possibilités offertes par le numérique doivent être maniées avec précaution. Le numérique peut (presque) tout. Ce qui souligne l’importance du politique qui peut nous protéger de ses dérives potentielles ou, au contraire, nous y exposer. Dans ce cas, il a fait l’un après l’autre...