mercredi 23 janvier 2013

Fleur Pellerin : de bonnes mesures pour l'innovation


Hier, lors de la remise des Trophées de l’Innovation décernés par l’INPI, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique a consacré son discours a l’innovation. Un discours intéressant avec une présentation de décisions déjà prises ou à venir concernant l’innovation.

Bonne nouvelle : ces mesures vont dans le bon sens. Surtout on remarquera à cette occasion que c’est peut être la première fois que l’innovation est vraiment traitée en tant que telle et non par le biais de la R&D. Cela constitue vraiment un progrès considérable. La création du poste de ministre délégué à l'innovation se justifie pleinement.

Voici quelques extraits des points clés du discours

Sur la création  du crédit d’impôt innovation

« nous avons créé le Crédit d’impôt Innovation destiné aux PME : les dépenses de prototypage sont maintenant soutenues à hauteur de 20%. C’est donc jusqu’à 400 000 euros qui peuvent être économisés dans le développement d’un nouveau produit »

Sur les pôles de compétitivité et l’innovation

« Concrètement, nous venons d’entrer dans une nouvelle phase de l’existence des pôles de compétitivité, qui, au cours des six prochaines années, deviendront le pivot de notre système d’innovation. Désormais, les projets seront suivis et accompagnés tout au long de leur durée, de leur invention jusqu’à leur industrialisation et leur commercialisation. Les débouchés économiques seront l’objectif numéro 1 des pôles, sur lesquels ils seront évalués.  En résumé, les pôles deviendront des "usines à produits d’avenir".»
«Pour accompagner les pôles dans cet effort, 100 millions d’euros issus du PIA ont été affectés à un programme d’industrialisation des projets développés par les pôles de compétitivité, ce qui représente un effort tout à fait significatif de la part du Gouvernement. »

Le soutien au design

« La France possède une grande tradition de design, fortement reconnue dans le monde entier, qui est habituellement négligée par nos politiques : je veillerai à y remédier, car l’innovation n’est pas uniquement technologique »

Le rôle de l’état

« J’affirme que l’Etat doit être à nouveau capable, comme il le fit par le passé – et avec succès –, de définir des priorités au service de l’innovation française. […] Nous avons donc pris la décision de mettre en place un programme de soutien aux innovations de ruptures, d’ores et déjà doté de 150 millions d’euros, dont la Banque Publique d’Investissement sera l’opérateur. Ainsi, en fonction de nos atouts et de nos savoir-faire, l’Etat déterminera-t-il les défis à relever, dans des secteurs aussi différents que l’énergie – notamment les énergies renouvelables –, le numérique, la santé, etc. Notre objectif sera d’accompagner la création des grands champions industriels de demain : pourquoi les Google de 2030 ne pourraient-ils pas naître parmi nos PME et nos ETI, aidées et renforcées ? »
Il y a pas mal d'autres choses encore (notamment sur les brevets) dans ce discours. Vous pouvez le lire dans sont intégralité en cliquant sur ce lien 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire